Accueil > Rédiger > Un message informatif ne suffit plus. Utilisons l’empathie.

Un message informatif ne suffit plus. Utilisons l’empathie.

narration

une narration avec une intrigue, des personnages, une opinion, une mise en scène, des obstacles, un conflit,des surprises un épilogue.

Pour Bob Deutsch, docteur en anthropologie cognitive et fondateur de la société de consulting Brain Sells, il faut passer de la conversation à la narration. INfluencia et son rédacteur Benjamin Adler a retranscrit ce plaidoyer pour le changement.    Etre informatif ne suffit plus. Converser avec ses cibles  non plus.
J’en commente les idées saillantes.

Mais une narration c’est quoi ? C’est un récit qui possède une intrigue, des personnages non stéréotypés avec une opinion, une mise en scène, des obstacles, un conflit qui a du sens, des surprises et un sens de l’épilogue (qui suggère un nouveau commencement). Un scénario de film quoi.

Or, aujourd’hui, la plupart des messages sont des transferts d’informations en quantité. L’objectif de tels messages est d’attirer un maximum de consommateurs. Inutile, imprévisible ou juste inefficace, selon Bob Deutsch.

Être informatif et divertissant ne suffit plus. Habituellement un message joue sur l’objectivité et/ou la rationalité. Mais ces attitudes paraissent bien chétives face aux capacités de gens guidés, drainés par leurs émotions.

Désormais, il faut aller plus loin. Une marque doit être le moteur d’une histoire. Pas d’un bête Storytelling.    Plutôt une histoire au sein de laquelle la personne s’attache, parce qu’elle ressent quelque chose.
Les gens sont des faiseurs (pensez au « Just do it ») et surtout des collecteurs de sens.

La clef du succès ? Être familier, avoir de l’empathie. Tout en étant sincère. Une empathie qui crée du désir, de l’envie, de la passion. Une empathie qui engage sur des idées (qui impliquent) et pas uniquement sur des intérêts.

  1. Pas encore de commentaire
  1. Pas encore de trackbacks